Avancement de grade à 100 % Nous voulons des critères objectifs et transparents

Aujourd’hui, après plusieurs réunions de négociations avec la DRH, celle-ci nous explique que 100 % ne veut pas dire 100 %

Elle propose de maintenir les critères en vigueur tout en les renforçant.

La municipalité considère que « l’appréciation de la valeur professionnelle et des acquis  de l’expérience  professionnelle  formalisée  dans  l’avis  hiérarchique  et  le  Compte  Rendu  de l’Entretien Professionnel » est un critère incontournable.

Nous  considérons  que l’avis  hiérarchique  doit être en cohérence  avec le  Compte-Rendu  de l’EPA.

Nous sommes aussi toujours en désaccord avec le fait de ne proposer à l’avancement que « les faisant fonction » pour certains grades.

En  plus  des  critères en vigieur,  la  DRH  veut  maintenant  « pour  ordonner  les  tableaux d’avancement »  y rajouter des critères de priorisation, en particulier, la priorité aux lauréats de l’examen professionnel.

Retour en arrière ou aller vers les 100 % ?

Alors  que  depuis  que  les  collectivités  territoriales  doivent  fixer  elles-mêmes  leur  taux d’avancement de grade en 2007, le taux appliqué à Montreuil  était de 100 % pour les agents ayant  réussi  un  examen  professionnel  d’avancement  de  grade  et  qu’à  notre  connaissance depuis 10 ans tous les agents concernés ont été nommés sur leur grade d’avancement, la municipalité  veut  revenir  en  arrière  et  peut-être  ne  pas  nommer  des  agents  qui  auraient réussi leur examen professionnel.

Nous refusons ce retour en arrière ainsi que les autres critères de priorisation qui n’ont pas lieu d’être avec un taux à 100%: les fonctions exercées qui seraient supérieures à celles du grade détenu, l’âge, l’ancienneté dans les fonctions, l’ancienneté dans le grade, l’ancienneté dans la fonction publique territoriale.

Et,  cerise,  sur  le  gâteau :  « Ces  critères  pourraient  s’examiner  dans  cet  ordre,  par  tris successifs,  sans  pour  autant  lier  l’autorité  territoriale,  qui  aurait  éventuellement  à traiter de manière exceptionnelle certaines situations particulières. »
En clair, même un agent qui serait premier dans l’ordre de priorité pourrait ne pas avancer si l’autorité territoriale en décidait autrement.

Pour ne pas rester dans l’opacité où la suspicion sera toujours présente, nous voulons des critères transparents et lisibles pour le personnel

Nous voulons des critères objectifs, on nous propose des critères de priorisation dont on ne sait  les  effets  excluant  qu’ils  auront  mais  en  tout  cas  qui  risquent  d’aboutir  à  des  taux d’avancement de grade inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui

Puisque le taux d’avancement de grade est de 100 %, à quoi sert de classer les agents selon l’âge, l’ancienneté, etc. ?

Rien  qu’avec  les  critères  en  vigueur  jusqu’à  présent  et  que  vous  renforcez,  on  est probablement sur un taux réel d’avancement de 85 %.

Pourquoi rajouter des critères de priorisation qui ne feraient que baisser encore le taux de promotion ?

Pourquoi faire des effets d’annonces en proposant 100 % si c’est pour faire encore moins bien que ce que nous avions réussi à obtenir en 2013 ?

C’est  pourquoi, nous demandons à la municipalité de retirer  ses critères de priorisation

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :